Texte de C.Frontisi pour Exposition « PASSAGES » 2009

Le dernier Âge eut la dureté du fer.

OVIDE, Métamorphoses, Livre I

Les Âges de fer.

La clairvoyance du poète est intemporelle ; la perspective antique d’Ovide concerne aussi notre ère « postmoderne » dont Odile de Frayssinet se fait l’interprète.

Les matériaux peu conventionnels qu’elle emploie ne semblent pas favoriser le lyrisme.Adieu l’or, l’argent, l’airain qualifiant les « Âges » précédents et ses Héros.

Ce ne sont qu’assemblages de tiges d’acier, de fers à béton et de tôles rouillées, de cordes de polipropylène attaquées à la flamme, d’engobes bitumeux, d’agglomérats lithiques : en apparence, rien de poétique dans cette énumération qui évoque les travaux des Titans et non ceux de Pénélope.

Abandonnant les matières de la sculpture historique (bronze, marbre…), l’artiste leur substitue les produits basiques de l’industrie, voire ses rebuts, qui imposent les qualités intrinsèques de la matière brute, déjà explorées par Tatlin.

La vision angélique des oeuvres s’effondre : loin de conforter le (bon) goût institué et les idées reçues, elles déstabilisent les certitudes socio-culturelles, les hiérarchies esthétiques.

Quoi que soutienne l’opinion conforme, l’art use de violence : c’est précisément ce qui fait le prix de celui-ci.

Dérangeantes en effet, les Vigies rébarbatives érigées dans la salle supérieure, guettant une improbable invasion.

Quant aux Portes, constituées du même métal rudimentaire, elles attendent.

© Claude-G. Frontisi, février 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s